futé


futé

futal [ fytal ] n. m.
• 1916; o. i.
Fam. Pantalon. Des futals. « j'y ai filé mon futal » (Renaud). Abrév. FUTE (1981) ou FUT' [ fyt ] (1972) .

futé, futée adjectif et nom (moyen français se futer, échapper au chasseur) Qui joint la malice ou la ruse à la finesse d'esprit : Une petite fille futée.futé, futée (homonymes) adjectif et nom (moyen français se futer, échapper au chasseur) futaie nom féminin futée nom fémininfuté, futée (synonymes) adjectif et nom (moyen français se futer, échapper au chasseur) Qui joint la malice ou la ruse à la finesse...
Synonymes :
- madré (littéraire)
- roublard (familier)
Contraires :
- bête
futé, futée adjectif Qui dénote une intelligence malicieuse : Un regard futé.futé, futée (homonymes) adjectif futée nom féminin

futé, ée
adj. et n. Fin, rusé, malin.
|| Subst. C'est un(e) petit(e) futé(e).

I.
⇒FUTÉ1, ÉE, adj.
A.— [En parlant d'un animé]
1. [En parlant d'une pers.] Qui fait preuve d'adresse, d'intelligence, de ruse. Synon. débrouillard, finaud, malicieux, malin. Et, comme Marianne se récriait, disant qu'elle avait rarement vu une fillette si intelligente et si jolie, madame Lepailleur répondit plus doucement : — C'est bien vrai qu'elle est futée (ZOLA, Fécondité, 1899, p. 465) :
C'est l'échantillon de l'écolier sage, toujours décoré, toujours inscrit au tableau d'honneur; tablier noir bien tiré, bien boutonné; intelligence moyenne, droite, pas futé, mais appliqué.
FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 88.
Emploi subst. Synon. malin. Vous avez tous vomi sur les fûtés qui viennent ici, une pipe définitive au coin du bec, qui ne montent pas une seule fois sur les lignes, et qui rentrent à Paris pour débiner le boulot de Magnin — sans parler du nôtre (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 681). Bon, bon, vous me croyez ivre... Et pourquoi n'avez-vous pas fait disparaître la bouteille plus tôt, vieux futé (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1373).
2. [En parlant d'un animal] Qui fait preuve de ruse. Les parterres en friche sont hantés par un animal futé que s'occupe à chasser M. Quecq : c'est un renard (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 421).
B.— [En parlant d'un trait de physionomie, d'un aspect du comportement] Qui dénote de la malice, une intelligence rusée. Un air, un sourire futé. Les jolies mines riantes et futées (TAINE, Notes Paris, 1867, p. 72). Ce gamin aux yeux futés, dont la faculté de singerie étonnait le quartier (BOURGET, Conflits int., 1925, p. 85).
Prononc. et Orth. :[fyte]. Cf. futaie. La graph. fûté qu'on peut rencontrer ds la docum. (cf. MALRAUX, loc. cit.) s'explique d'apr. fût (cf. étymol. 2e hyp.). Étymol. et Hist. 1645 (CORNEILLE, Suite du Menteur, II, 7). Part. passé adjectivé de se futer av. 1621 « s'instruire par l'expérience [en parlant d'un animal, qui ayant manqué d'être capturé, sait esquiver les pièges] » (DU VAIR, Actions et traictiez oratoires, Remonstr. aux habit. de Marseille, p. 190-91 ds HUG. : Les plus stupides bestes..., estans une fois eschapées du piège, se futent et n'y retornent plus), pour l'orig. duquel 2 hyp. ont été avancées : 1) ce verbe serait une forme dial. de l'Ouest pour se fuiter, dér. de fuite (FEW t. 3, p. 838b; BL.-W5; cf. les formes agn. du type futif [a. fr. fuitif « fugitif »] 1re moitié XIIIe s., Ste Modwenne, 8350, 8448 ds T.-L., et XIVe s. ds GDF.); 2) ce verbe serait issu de l'a. fr. fuster (dér. de fust, fût « morceau de bois, bâton, trique ») « battre » (1174-77, Renart, éd. M. Roques, 6639), « tromper » (début XIIIe s., R. DE HOUDENC, Veng. Raguidel, 4950 ds T.-L.; ce dernier sens étant prob. issu de celui de « maltraiter, abuser », cf. dauber2), d'où futé « instruit par une expérience malheureuse, ayant acquis la rouerie nécessaire pour esquiver les mauvais coups »; cette évolution sém. se serait faite à partir du vocab. rural (cf. norm. [Manche] cheval fûté « cheval brutalisé, devenu méchant ») et du vocab. cynégétique (cf. JÔNAIN : Fûter : faire venir à l'appeau le gibier et ne pouvoir ou ne vouloir le prendre), v. DG; L. Spitzer ds Mod. Lang. Notes, t. 59, 1944, pp. 233-235; EW F S2; R. LEPELLEY, Parler norm. du Val de Saire, p. 334, § 482, note 47; cette 2e hyp. paraît préférable à la 1re si l'on admet que malgré la chronol. futé a précédé se futer. Fréq. abs. littér. : Futé : 61. Fûté : 12. Bbg. CHAURAND (J.). Fr. mod. 1976, t. 44, p. 278. — SPITZER (L.). To foist — fustiller Mod. Lang. Notes. 1944, t. 59, pp. 233-235.
II.
⇒FUTÉ2, ÉE, adj.
HÉRALD. [En parlant d'une arme de jet ou d'un arbre] Futé de. Dont le bois, le fût est de (telle couleur, d'un émail différent de celui du fer, des feuilles). D'or à trois javelines de gueules, futées de sable (Ac.).
Prononc. et Orth. :[fyte]. Cf. futaie. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1690 (FUR.). Dér. de fût; suff. ; cf. m. fr. fusté « qui sent le fût » (Quinze Joies de mariage, éd. J. Rychner, V, 106).

1. futé, ée [fyte] adj.
ÉTYM. 1645; du moy. franç. se futer « échapper au chasseur et éviter les filets »; du lat. fugere. → Fuite.
1 (Êtres animés). Qui est plein de finesse, de malice (comme celui qui, à force d'expérience, a appris à esquiver les coups, à déjouer les pièges, etc.). Débrouillard, finaud (fam.), madré, malin, roué, rusé. || Le renard, animal futé (→ Bêtise, cit. 3). || Un paysan futé. || Une coquette futée. N. || Une petite futée. Fripon.
1 Je suis un peu moins dupe, et plus futé que vous.
Corneille, la Suite du Menteur, II, 7.
(En emploi négatif). || Il est gentil, mais pas très futé.
Abrév. fam. Fut'-fut' ou fute-fute [fytfyt]. || Il, elle est drôlement fut'-fut'. || « Ils sont quelque 27 millions — grands-pères et bébés compris — de grands benêts, de gros nigauds et de pas très futes-futes quand il s'agit de choisir une veste » (Libération, 7 févr. 1984).Var. : fufute [fyfyt].
2 (Aspect, comportement). Malicieux. || Air futé. || Mine futée. || C'est très futé, pas très futé de sa part.
2 (…) et ces yeux de cochon (de la chienne Bull), futés, bridés, et ce sourire d'enfant nègre !
Colette, la Paix chez les bêtes, La chienne Bull.
3 (…) il regardait Daniel sans lui répondre, avec un sourire innocent et futé (…)
Sartre, l'Âge de raison, IX, p. 139.
CONTR. Benêt, bête, nigaud.
HOM. 2. Futé, futée.
————————
2. futé, ée [fyte] adj.
ÉTYM. 1690; de fût.
Blason. Dont le bois (le fût) est d'une couleur différente, d'un émail différent. || Arme, javeline de gueules futée de sable.
HOM. 1. Futé, futée.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • futé — futé …   Dictionnaire des rimes

  • Futé — Personnage de fiction apparaissant dans Kenott et Futé Origine renard Genre …   Wikipédia en Français

  • futé — futé, ée (fu té, tée) adj. 1°   Au sens propre, usité seulement en termes de blason : muni d un fût. Javeline ou autre arme futée, javeline, arme dont le fer et le bois sont de deux émaux différents. 2°   Fig. Harassé comme qui a reçu des coups… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • fute — fúte (fut, futút), vb. – A copula. – Mr. futire, megl. fut. lat. fut(u)re (Puşcariu 692; Candrea Dens., 707; REW 3622), cf. it. fottere, prov., cat. fotre, fr. foutre, sp. hoder, port. foder. – Der. futai, s.n. (arg., copulaţie, coit); …   Dicționar Român

  • fute — s. m. [Brasil] Diabo; demônio …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • fute — futal [ fytal ] n. m. • 1916; o. i. ♦ Fam. Pantalon. Des futals. « j y ai filé mon futal » (Renaud). Abrév. FUTE (1981) ou FUT [ fyt ] (1972) . ● futé, futée adjectif et nom (moyen français se futer, échapper au chasseur) Qui joint la malice ou… …   Encyclopédie Universelle

  • FUTÉ, ÉE — adj. Qui est fin, rusé, adroit. Cet homme est futé. Elle est bien futée. C’est un futé matois. Par extension, Un air futé. Une mine futée. Un sourire futé …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • FUTÉ — ÉE. adj. Fin, rusé, adroit. Cet homme est futé. Elle est bien futée. C est un futé matois. Il est familier.  En termes de Blason, il se dit D une javeline ou autre arme dont le fer et le bois sont de deux émaux différents. D or à trois javelines… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • fute — re·fute; con·fute; …   English syllables

  • fûte —     Une fûte , un tonneau; dites, fût , sans e final. Ce mot est masculin: de vieux fûts ; en faisant sentir le t …   Dictionnaire grammatical du mauvais langage


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.